…Quelques infos…

  • Auteur : N.K.Jemisin
  • Intensité du plaisir :
  • Lu : septembre 2017

La terre tremble si souvent sur votre monde que la civilisation y est menacée en permanence. Le pire s’est d’ailleurs déjà produit plus d’une fois : de grands cataclysmes ont détruit les plus fières cités et soumis la planète à des hivers terribles, d’interminables nuits auxquelles l’humanité n’a survécu que de justesse. Les gens comme vous, les orogènes, qui possédez le talent de dompter volcans et séismes, devraient être vénérés. Mais c’est tout l’inverse. Vous devez vous cacher, vous faire passer pour une autre. Jusqu’au jour où votre mari découvre la vérité, massacre de ses poings votre fils de trois ans et kidnappe votre fille. Vous allez les retrouver, et peu importe que le monde soit en train de partir en morceaux.

… Ce que j’en pense…

logo archives - La cinquième saison

La cinquième saison, premier tome de la trilogie Les livres de la Terre fracturée, propose un mélange de SF et de fantasy assez surprenant pour la néophyte que je suis. J’étais partie avec l’idée qu’il s’agirait de pure SF. Et me voilà avec une science-fantasy aussi riche que passionnante. Sachant qu’à la base, ce n’est pas un genre qui m’attire particulièrement, il s’agit d’un exploit !

Le Fixe, immense et unique continent, est soumis à une activité sismique et volcanique fréquente aux conséquences potentiellement fatales. Une sorte d’hiver nucléaire, la cinquième saison, menace ainsi régulièrement les populations d’extinction. L’Humanité entière est conditionnée à sa capacité à survivre à ces hivers interminables. Chacun s’attend donc à l’apocalypse et s’y prépare. La société, divisée en castes, est fortement portée sur la discrimination. Si la caste n’est pas liée à l’hérédité, mais aux compétences et capacités des individus, il n’en reste pas moins que chacun doit rester à sa place.

Les Orogènes, individus dotés de la capacité à contrôler les mouvements sismiques et volcanique, en sont les principales victimes. Un pouvoir extraordinaire, qui, au lieu d’être respecté devrait être respecté, est pourtant considéré comme une tare. Les Orogènes étant alors relégués au rang d’un animal nuisible. Néanmoins, certains Orogènes ont la possibilité d’étudier au Fulcrum, qui leur enseigne la maîtrise totale de leur pouvoir, sans céder à leurs pulsions. Ce sont donc des parias, rejetés de toute part s’ils n’ont pas été formés au Fulcrum, et à peine tolérés voire exterminés, dans le cas contraire.

Le récit nous rapporte le destin de trois femmes. Essun, une mère de famille orogène dont le mari vient de découvrir le don. Damaya, une petite fille envoyée de force au Fulcrum par ses parents. Et Syénite, une jeune étudiante du Fulcrum déjà accomplie. Les personnages principaux, mais aussi les seconds rôles sont très poussés.

Les chapitres alternent donc de l’une à l’autre et tissent une intrigue subtile et complexe. Les questions sont plus nombreuses que les réponses. Le changement de temps et de lieux s’explique peu à peu, au fil d’une narration pleine de surprises et de découvertes. L’univers est lui-même très dense, l’auteur nous y plonge sans lourdeur, avec délicatesse, dévoilant ses différents aspects pas toujours flatteurs. La violence, la discrimination, la sexualité, la différence, la survie à tout prix, autant de thèmes qui nourrissent une histoire particulièrement captivante dès les premières pages. Le déroulement de l’intrigue, la construction de cet univers dense maintiennent en haleine sans temps mort. La cinquième saison est pour moi un coup de cœur, reste à savoir si la suite confirmera.