…Quelques infos…

  • Auteur : Amélie Nothomb
  • Intensité du plaisir :  
  • Lu : août 2017

… Ce que j’en pense…

Nothomb nous revient en cette rentrée 2017 avec Frappe-toi le cœur, un conte cruel et psychologique. Et donc, fidèle à ma fixation annuelle, je l’ai lu.

Comme ne l’indique pas sa succincte et insignifiante 4e de couverture, Nothomb traite notamment, dans ce (toujours) très court roman, de la relation mère-enfant, de l’expression de l’amour maternel. Ici point de dissertation fumeuse, mais une mise en situation d’un cas particulièrement violent de mère indigne.

La jeune Marie est très belle, et elle le sait. Elle ne vit qu’à travers la jalousie qu’elle inspire à son prochain et à sa prochaine. C’est sa raison de vivre. Alors, lorsque les circonstances l’obligent à précipiter un mariage précoce, elle voit s’envoler son destin qu’elle savait pourtant grandiose. À dix-neuf ans, Marie n’a déjà plus d’avenir.

La naissance de son premier enfant va faire basculer Marie du côté des jaloux. S’ensuit donc une relation malsaine et compliquée entre la jeune mère et sa fille Diane.

logo archives - Frappe-toi le cœur

Vu sous l’angle de l’enfant omniscient, le récit fait froid dans le dos. Le style toujours impeccable et économe de Nothomb fait mouche. Le mot juste, la phrase juste, la précision de la plume de l’autrice* servent un propos d’une grande violence, qui contraste avec la sobriété du langage. L’effet n’en est que plus efficace. Le destin de Diane, son enfance, son adolescence, puis sa vie de femme, tout se déroule sous les yeux d’un lecteur consterné et choqué par l’indignité de la mère et la cruauté de la situation. Mais comme toujours chez Nothomb, une pointe d’humour allège un peu l’ambiance. En outre, le final est également bien vu et ne déçoit pas, ce qui n’est pas si fréquent chez Nothomb.

Pour conclure, il faut bien avouer que Frappe-toi le cœur fait déjà partie de mes préférés de Nothomb, et c’est un événement rare.

* notez ici, le 26 août 2016, j’ai utilisé pour la première fois le mot “autrice”. Sortez le champomy.